Les dangers des mensonges éducatifs





La vérité est une qualité innée chez les enfants. Naturellement, ils ne savent pas mentir et croient ce qu’on leur dit. Le mensonge est une corruption de cette vertu. Pourtant, nombreux sont les parents qui inventent toutes sortes d’histoires à leurs enfants à des fins éducatives. Et en même temps, ils apprennent à leurs enfants à ne pas mentir et à dire la vérité. Le mensonge éducatif à ses limites et il est important de les énoncer.

1- Le mensonge au quotidien

On s’imagine que mentir à son enfant est un moyen simple et sans conséquences pour qu’il obéisse. On promet à un enfant de lui donner quelque chose s’il obéit, et finalement, on ne lui donne pas. Ces mensonges créent de la déception et un manque de confiance vis-à-vis du parent qui n’a pas tenu sa promesse.

Il y a aussi les mensonges en plaisantant, on veut s’amuser, taquiner un enfant en dissimulant son jouet et on dit à l’enfant que l’on ne sait pas où il est. Le fameux « ta maman est partie sans toi« , alors qu’elle n’est pas partie. Ce type de mensonge a souvent le don pour énerver les enfants qui prennent tout au premier degré.

Autre mensonge très courant, le mensonge alimentaire avec la phrase la plus utilisée : « Si tu ne manges pas, tu ne grandiras pas ». Ce mensonge serait la meilleure solution pour faire manger des légumes aux enfants. Seulement, mentir au sujet des aliments pour forcer l’enfant à mieux manger ne donnera pas plus envie à un enfant d’apprécier la nourriture.

2- Le mensonge « blanc »

Ce sont ces mensonges qui ont pour but de ne pas contrarier, ou ne pas faire de la peine. Certains diront qu’il s’agit de politesse, de la gentillesse, avoir du tact. Dire à son enfant, à tout bout de champ, « Quel beau dessin » alors qu’il n’est pas si beau, lui fera énormément plaisir, certes. Sauf qu’un parent doit pouvoir faire progresser son enfant. La critique positive est très souvent très constructive, même et surtout chez les enfants.

3- Embellir la réalité

Le père Noël, la fée des dents, le lapin de Pâques … Beaucoup ne considèrent pas ces « histoires » comme des mensonges.

Sous prétexte qu’ils font partie de la « tradition », et que cela participe à nourrir l’imaginaire des enfants, alors là, nous pouvons leur mentir… Effectivement, la plupart des enfants ne vont pas en vouloir à leurs parents d’avoir embelli la réalité, mais cela reste des mensonges, nous inventons des personnages, des situations dans leur quotidien.

Alors que les enfants sont capables de comprendre la vérité et nourrir tout autant leur imagination …

4- Le mensonge et la menace

Certains parents utilisent bien plus qu’un mensonge, ils usent de menaces. On entend souvent « Si tu ne viens pas, je pars sans toi« .

Parfois, les parents se retrouvent face à des situations difficiles à gérer avec leur enfant. Même si cela ne plaît pas aux parents, il est parfois difficile de ne pas faiblir et d’user de menaces pour se faire obéir. La menace et le chantage jouent sur la peur, ce qui n’est pas sain, car sous la peur l’enfant obéit.

Mais comprend-t-il l’enjeu ? Très souvent, jouer sur la menace peut s’avérer efficace, l’enfant va obéir. Mais les parents risquent de n’user que de menace dans le quotidien pour se faire respecter, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la relation parent/enfant.

5- Protéger son enfant

On ment aussi à nos enfants pour les protéger du « monde » qui les entoure. Un parent absent, des soucis de santé… On a coutume de dire que toute vérité n’est pas bonne à dire, mais il est important d’être le plus honnête possible avec son enfant lorsqu’il pose des questions. S’il y a des sujets traités par les journaux que vous ne souhaitez pas aborder avec vos enfants, il vaut mieux les préserver en ne les laissant pas devant la télévision plutôt que de leur mentir. Si votre petit ne vous pose pas de questions sur un sujet, inutile de lui en parler.

 

Mentir à un enfant peut avoir des conséquences à long terme. L’enfant apprendra bien un jour qu’on lui a menti. Ce qui risque de banaliser le mensonge et de le pousser à mentir à son tour. Les enfants font naturellement confiance à leurs parents, nous sommes leur modèle, nous leur devons la vérité. Les éduquer dans un cadre sain, où le mensonge ne trouve pas sa place pour que l’enfant puisse conserver cette qualité innée, celle de dire la vérité.