Ma mauvaise expérience en PMI (Protection Maternelle et Infantile)



La PMI est un système de protection de la mère et de l’enfant. Elle prend des mesures de prévention pour la santé des futurs parents et des enfants. J’ai eu l’occasion de m’y rendre quelques fois pour mes filles. Mais chaque rendez-vous a été un calvaire et une très mauvaise expérience que je souhaite vous exposer ici. Il s’agit de mon expérience que je partage. Je ne généralise pas à l’ensemble des PMI bien évidemment.

« De toute façon vous n’avez pas le choix, il faut vacciner »

Je viens d’arriver à la PMI. Pendant que je gère le côté administratif (carte vitale…), la pédiatre est à côté de moi. Nous parlons vaccin et elle m’apprend qu’il y a une rupture de stocks du vaccin DTPolio sans Hépatite B. En gros, il n’y en aura pas pendant plusieurs mois.

Je lui demande donc conseil, en lui disant donc que pour des raisons personnelles je ne souhaite pas faire le vaccin de l’hépatite B. Je lui demande comment procéder. Elle m’a tout simplement dit  » Il n’y a plus de Infanrix Quinta (DTPolio sans Hépatite B), vous n’avez pas le choix, vous devrez faire l’hexa avec l’hépatite B, vous êtes obligé c’est comme ça ».

Autant vous dire que je ne savais pas trop quoi dire à cette bonne femme qui avait prit des airs très supérieurs. Je savais que mon prochain rendez-vous pour le vaccin allait être compliqué …

« Et si votre fille devenait toxicomane ? »

Je suis reçue par la pédiatre de la PMI qui me parle de tout et de rien. Vient la question des vaccins. Nous sommes en plein dans la période de la pénurie de vaccin, en gros, il n’y a plus de vaccin DTP sans l’hépatite B.

J’explique à la pédiatre que je ne souhaite pas faire le vaccin de l’hépatite B pour de multiples raisons (c’est un autre sujet ça). Elle ne me comprend pas, elle essaye de me convaincre qu’il faut le faire. Voyant que je suis ferme et déterminée, que jamais je ne ferais ce vaccin à ma fille, la voilà qui me dit :  » Et si un jour votre fille tentait la toxicomanie ? Ce vaccin pourrait la sauver« .

Non mais c’est sérieux là ? C’est comme cela que l’on essaye de persuader une maman de faire un vaccin à son nourrisson de quelques jours ? Puis elle ne s’arrête pas là, elle me dit :  » Et si elle décide de faire médecine, il lui faudra le faire« .

En gros, je dois vacciner ma fille pour des choix éventuels qu’elle fera dans le futur. Que ce vaccin n’est en réalité pas très utile pour un bébé mais que c’est quand ils sont tout petits qu’ils sont à notre merci ! Que l’on peut les vacciner comme on veut car plus tard ils ne le feront pas.

« Votre enfant n’est plus un bébé »

Pendant que je patientais dans la salle d’attente de la PMI, une maman était en consultation avec la pédiatre. Tout à coup j’entend un enfant hurler de toutes ses forces. Le pauvre petit chou venait d’avoir un vaccin … Il pleurait à chaudes larmes.

Au moment de sortir de la pièce où ils étaient, la maman prend son petit dans les bras (environ 18 mois / 2 ans), le serre fort car il pleurait, et lui dit  » Oh mon bébé ça va aller« . Et la pédiatre qui lui réplique  » Ce n’est pas un bébé !« . Sous-entendu, il est grand, ne l’infantilisez pas, ce n’est pas un bébé. Une maman qui réconforte son enfant qui vient d’être piqué comme une bête, qui n’avait pas besoin d’entendre de jugement ni de bêtises.

Ma fille de 4 ans il m’arrive encore de lui dire « mon bébé », que ça plaise ou non !

 

« Taisez-vous ! On ne met rien on nettoie bien c’est tout »

Très tôt, ma fille a eu des petits soucis au niveau du siège, des rougeurs qui la faisait hurler à chaque pipi (récit ici). Personne n’avait trouvé de solution. Avant de passer dans la salle de la pédiatre, on voit une puéricultrice pour la pesé. Cette dernière me conseille de mettre de la pâte à l’eau et me dit de confirmer cela avec la pédiatre.

Une fois en salle avec la pédiatre, on en vient au sujet de ces rougeurs. La puéricultrice était dans la pièce et intervient en disant « Je lui ai conseillé la pâte à l’eau« , et la pédiatre sans gène « Non taisez-vous, on ne met rien, il faut que maman nettoie bien et ça ira« . La puéricultrice lui dit  » Elle nettoie avec du liniment« , la pédiatre qui lui répond de nouveau  » Non, on ne met rien, on nettoie bien avec de l’eau !« .

Au delà du fait que je n’ai pas trouvé correct la façon de parler à la puéricultrice, j’ai trouvé que la pédiatre était très fermée et sûr d’elle. Sûr que ce problème venait de moi, que je ne nettoyais pas bien ma fille. Hors j’expliquais juste avant à la puéricultrice que ma fille avait tellement mal que je la changeais à chaque goutte d’urine, donc très très souvent.

Le pire dans tout cela c’est que j’ai écouté la pédiatre. Et ma fille a continué à souffrir … Jusqu’au jour où ma sage-femme me conseille elle aussi la pâte à l’eau. Et qu’au bout de 24h (je n’exagère pas), ma fille était tiré d’affaire !!!

 

Les puéricultrices en PMI ont toujours été pour moi d’une grande aide, pour cette histoire de pâte à l’eau mais pas seulement. Elles m’avaient aidé pour l’allaitement au départ aussi.

Je ne juge pas toutes les PMI. Tous les médecins ne sont pas les mêmes. Ces mésaventures je les ai vécu dans le même centre de PMI, avec les 2 pédiatres du centre. Je ne généralise pas, je ne souhaite pas donner une mauvaise image des PMI, juste partager MON EXPERIENCE.

Et vous, des anecdotes ?