Varicelle et grossesse : mon histoire

La varicelle est une maladie infantile qui touche les enfants entre 3 mois et 10 ans. C’est une maladie caractérisée par une apparition de boutons qui sont le symptôme caractéristique de cette maladie.

Lorsque nous sommes enceintes, n’importe quelle maladie même la plus anodine doit être surveillée, notamment la varicelle qui pourrait avoir des conséquences très grave.

L’apparition de la varicelle

Fin mars 2015, ma fille (née en octobre 2012) a déclaré la varicelle alors que j’étais enceinte de 9 mois et le terme était prévu pour le 17 avril.

Lorsque j’ai appris que ma fille avait la varicelle, j’ai immédiatement pris rendez-vous chez le docteur. N’ayant pas réussi à avoir un rendez-vous rapidement, j’ai téléphoné à SOS médecin pour avoir un médecin de garde.

Pourquoi une telle précipitation ? En plus du fait que mon terme approchait à grand pas, j’avais un doute : Est-ce que j’avais bien eu la varicelle étant petite ?

Ma maman ne s’en souvenait pas, dans mon carnet de santé ce n’était pas très clair, il n’y avait qu’une petite croix sur la partie du tableau correspondant à la varicelle. J’étais dans le flou total et dans un stress immense, à deux semaines de mon terme. Une tonne de question fusaient.

Le bon réflexe en cas de doutes et de stresse

Dans ces situations, quand je ne peux pas aller consulter un médecin immédiatement, je prends mon téléphone et j’appelle donc SOS médecins pour avoir un médecin de garde. J’ai alors la possibilité d’être mise en relation avec un docteur qui peut répondre à mes inquiétudes, me rassurer, me renseigner et éventuellement envoyer un médecin dans le cas où j’en aurais besoin.

Ils ont pu me rassurer et me conseiller d’aller faire une prise de sang pour être rassurée. Et que le mieux serait d’éloigner ma fille du bébé au début.

Nous traitons la varicelle de ma fille correctement. Lors de mon dernier rendez-vous de grossesse, j’en profite pour faire une prise de sang afin de savoir si j’ai bien les anticorps de la varicelle. En parallèle, le papa fait de même dans un laboratoire privé (car il semblerait qu’il n’ai pas fait la varicelle). Mais les résultats ne peuvent pas être connu avant une semaine.

Le travail commence …

Une semaine après l’apparition des boutons de ma fille, je perds les eaux et j’accouche le 10 avril. Grosse tristesse car ma fille ne peut pas approcher sa petite sœur car elle est peut-être encore contagieuse.

À la maternité, bien évidemment, elle n’a pas le droit de venir et la pédiatre me dit qu’il serait préférable de ne pas l’approcher du bébé car la varicelle chez un nourrisson ce n’est pas très rassurant.

Pendant mon séjour à la maternité, on m’apporte les résultats : j’ai bien eu la varicelle étant petite (le papa aussi). Un soulagement. Pour être rassurée, j’appelle la pédiatre de ma grande pour lui demander conseil à nouveau.

Elle me dit que si j’ai les anticorps de la varicelle, mon bébé, qui vient de naître, bénéficie de mes anticorps et que par conséquent, même si elle est en contact avec sa sœur et que sa sœur est encore contagieuse, elle ne l’attrapera pas grâce à mes anticorps.

Cette période a été une période très stressante pour moi. Au-delà de la tristesse de voir une grande sœur qui ne peux pas voir sa petite sœur pendant quelques jours, j’ai quand même été dans un état de stress assez important.

Aujourd’hui, je suis impatience que la petite l’attrape !